« back

Zola Jesus @ Point Ephémère


Zola Jesus – Vessel (Live @ Point Ephémère, Paris | 20110928) – HibOO d’Scene

Au départ, je n’aimais pas Zola Jesus. Mais dans le genre pas du tout c’est quoi cette farce. Il faut dire qu’elle l’avait bien cherché aussi, la jeune Nika Roza Danilov : une prod’ moyenne, des compos tellement cold wave qu’on ne pouvait plus parler à ce niveau de copié/collé d’un style moribond dès sa naissance (oui oui, la wave en général n’aura duré que 5 ans dans l’absolu : après tous les groupes qui ont découlé de ce courant ont battu des records de longévité) … et pis voilà, tous les hipsters blogueurs en étaient fous. Et même sans le vouloir, j’ai compris avec le temps qu’un hipster était mon antithèse, ma némésis.

Pis il y a eu ce live. J’étais venu à l’Olympia pour me délecter des sonorités Fruity Loops de Fever Ray – show calamiteux – et je suis reparti conquis avec un live absolument dantesque et dérangeant de Zola Jesus. Ne jamais sous estimer les premières parties. JAMAIS. Tellement de soirées sont sauvées grâce à elles. Et ce 9 octobre 2010 en fut la preuve irréfutable.

Quatre saisons plus tard, grâce à Laurence Alvart (Stage of The Art), j’ai pu avec Stéphane Douillard filmer son véritable premier show rien qu’à elle au Point Ephémère. Mais l’ingé lumière m’avait prévenu “si tu arrives à choper une seule image ce soir, je te tire mon chapeau, ils ne veulent pas de lumières, juste une projection vidéo qui est elle-même très sombre“. Fort de ces conseils, j’ai sélectionné le mode infrarouge de ma XA10, en me disant “je monterai tout cela en noir et blanc, même pas mal”. Ce fut une bataille sans nom pour trouver des rushs potables, mais here we are.

Je vous propose donc – en guise de premier HibOO d’Scene Next Gen – le titre le plus lumineux du concert (sur tous les plans), Vessel. Cette chanson épique qui m’avait usé les tympans à force de lectures en loop en juillet dernier. Et il s’agit sans doute de l’un des meilleurs titres de son nouvel album, Conatus (Pias).