« back

Divin : Laura Gibson au Café de la Danse

(On surkiffe depuis 2009 Laura Gibson, ceci est donc un article qui va à l’encontre de l’objectivité, mais quand même)

Divin. Les mots justes évitent de longs discours inutiles. Le concert de Laura Gibson au Café de la Danse hier était divin. Parce que la grande, avec ses compositions magiques, sa voix superbe, son accent particulier et sa bonne humeur a médusé, séduit et ennivré plus de 300 personnes durant une large bonne heure.

J’aurais volontiers jadis écrit des choses, dithyrambiques ou non, sur la première partie : REZA. Mais n’ayant pas du tout été touché par le bonhomme, allons à l’essentiel, à savoir celle qui a jadis dû rêver de partir à travers le monde faire des concerts, et qui réalise aujourd’hui son rêve de gamine.

Il est environ 20h40. Le Café de la Danse se retrouve dans une ambiance tamisée, feutrée. Les artistes entrent sur scène dans l’obscurité la plus totale, et en guise d’intro, Paris aura droit au titre éponyme du nouvel album de l’américaine : La Grande (que l’on avait filmé en hiver dernier). Simple, efficace, rythmé, hypnotique. De savoureux ingrédients qui vont être distillés tout le long du set.


Laura Gibson – La Grande (Official Video)

Car oui, ses chansons dégagent peu ou prou la même sensation : à l’instar d’une BO de film, ces dernières appellent à l’évasion, au voyage, aux grands espaces comme seuls les Etats-Unis possèdent. Il est impossible de ne pas être entrainé dans ces grands déserts américains, où à ces pluies qui, se fracassant contre les vitres les soirs d’orages, se transforment en véritables symphonies apaisantes. Tout comme Other Lives, les chansons de Laura Gibson sont avant tout cinématographiques, la musique et les thèmes prenant autant de place que les parties vocales. Et que dires des arrangements, simples au demeurant, qui sont toujours d’une justesse et d’un rare raffinement. Aussi, l’on en vient à attendre impatiemment l’une des principales forces d’écriture de l’américaine, en l’occurrence ces parties polyphoniques venant ponctuer les bridges (interlude qui “casse” la structure du titre avec une différence notable, soit au niveau du tempo, ou de la modulation, voire des deux), tant celles-ci enrobent les tympans au point d’en provoquer un certain orgasme. Et comme à son habitude, le son très particulier du Café de la Danse, particulièrement ample et malgré tout précis, a clairement mis en valeur toutes cette perfection auditive.

Live Report : Laura Gibson au Café de la Danse - 10 mai 2012

Particulièrement bavarde entre chaque titre, Laura n’hésitera d’ailleurs pas à relater avec un humour délicieux comme seuls les timides savent le faire les anecdotes liées à la génèse de ceux-ci (le plus touchant étant pourquoi elle reprend désormais In The Pines : enfant, elle avait été complètement bouleversée par la version de Kurt Cobain lors de ce célèbre MTV Unplugged). Et puis, l’on peut supputer que passer du Point Ephémère en hiver dernier au Café de la Danse en ce printemps a décidément mis en émoi la jeune femme, et que cette euphorie palpable, accentuée par la bonne humeur de ses musiciens, a clairement contribué à ce que ce concert soit en vérité le témoignage d’un bonheur simple et partagé de part et d’autre de la scène. Quoiqu’il en soit, La Grande a mené sa barque comme jamais, et a souvent jeté des frissons (ce Sleeper en solo dans un silence religieux, my god). Elle mériterait un auditoire plus large, mais qu’importe, Laura Gibson fait partie de ces gens heureux de ce qui leur arrive. Et c’est bien là le principal.


HibOO d’Scène : Laura Gibson “Hands in Pockets” (Live @ La Flèche d’Or, Paris – 10.12.2009)

Divin. Les mots justes évitent de longs discours inutiles. La boucle est bouclée. Pour ceux et celles – trop nombreux – qui ont manqué sa prestation, Laura Gibson foulera à nouveau les terres parisiennes en septembre prochain, en première partie de Calexico au Trianon

www.lauragibsonmusic.com

Pour info, en plus d’être une chanteuse extraordinaire et une compositrice de talent, Laura Gibson est une TUEUSE en photo Instagram : cherchez lauragibsonband … ses clichés sont un véritable régal visuel)